Agenda
Formulaires en ligne

Egalité
homme
femme

Durabilité

Europe

Participation citoyenne

Réception Pro Lege à la Chambre 11/01/23

Pro Lege est l’association des anciens députés, anciens sénateurs et anciens parlementaires européens. Elle a été créée le 14 juillet 1980.

La première Assemblée générale s’est tenue le 11 mai 1981 dans l’hémicycle du Sénat.  À l’époque, l’association comptait quelque 200 membres.

L’association compte à ce jour 283 membres. Les anciens membres belges du Parlement européen, ainsi que les anciens fonctionnaires généraux de la Chambre des représentants et du Sénat, peuvent également devenir membre de Pro Lege.

Au niveau international, Pro Lege est un des membres fondateurs de l’Association européenne des anciens parlementaires des pays membres du Conseil de l’Europe ou de l’Union européenne, qui a vu officiellement le jour en 1994.

Discours réception Pro Lege - 11 janvier 2023 

Mesdames, Messieurs,

C’est un grand honneur et une grande joie pour moi de vous accueillir ce jour à la Chambre des représentants. D’autant plus que c’est une première après deux années de
pandémie. Créée en novembre 1980, à l’initiative de feu le sénateur Hubert Leynen, Pro Lege a pour but, d’une part, de favoriser les rencontres entre anciens parlementaires et
d’autre part, de défendre les intérêts de ses membres.

Cette maison que vous connaissez si bien a connu de profondes transformations. Il ne vous aura ainsi pas échappé que je suis la première présidente femme de l’assemblée.
Alors que dans les années septante, les femmes ne représentaient que 2 à 4% des sièges, elles sont aujourd’hui au nombre de 63 sur nos bancs, soit 42% de l’hémicycle. C’est un
véritable pas en avant pour une meilleure représentativité et répartition des rôles dans notre institution.

Depuis 1980, nos sociétés ont connu de profondes mutations. L’échiquier géopolitique mondial a été totalement bouleversé. De nouveaux enjeux, parfois bien plus préoccupants
que ceux du passé, se sont imposés à nous. La guerre en Ukraine, en plus des atrocités que toute guerre engendre, a entraîné une grave crise énergétique et une baisse du
pouvoir d’achat de nos concitoyens. Juste avant que cette guerre n’éclate, l’épidémie de COVID s’est imposée. Elle nous a obligé à profondément changer nos modes d’actions
avec, pour conséquence, notamment, l’altération des liens sociaux.

Ainsi, lorsqu’une crise éclate, les fragilités sociétales sont mises à nu, les esprits se polarisent et les tensions se cristallisent. En tant que mandataires publics, il est de notre
devoir de les apaiser autant que possible en favorisant le dialogue et la compréhension mutuelle, sans occulter les débats de fond qui se posent (systèmes de santé, priorités
climatiques).

En effet, au sein de nos systèmes démocratiques, le Parlement joue un rôle capital, quels que soient les idéaux ou les convictions philosophiques de chacun.
On voit bien qu’il joue un rôle symbolique fondamental, celui du lieu même de la démocratie, celui que les tyrans ou dictateurs ne supportent pas, où que ce soit sur la
planète, des États-Unis au Brésil… C’est notre force, c’est notre fierté, il nous appartient d’en défendre les principes tout en modernisant les modalités et les approches : enjeux de
participation citoyenne, ouverture sur le monde, dialogue entre Parlements… Nous savons que nous pouvons compter sur vous en ce sens, pour être des relais d’opinion, des
défendeurs de cette noble cause.

Mesdames, Messieurs,

La vie politique d’aujourd’hui ne ressemble en rien à celle d’il y a 42 ans, au moment de la naissance de Pro Lege. Les nouveaux modes de communication ont donné au monde
politique de puissants relais. Ne nous y trompons pas. Il s’agit d’une véritable révolution culturelle. Mais évitons de privilégier le superficiel, l’émotionnel au détriment du
rationnel. Cette médiatisation de la politique n’est pas mauvaise en soi, mais impose toutefois davantage de responsabilités. Alors que les matières évoquées sont parfois plus
complexes, le principal défi à relever est la nécessité de simplifier le message, sans le dénaturer, afin de le rendre plus accessible au public, tout en veillant à faire primer le fond
sur la forme, le débat sur le slogan.

La Chambre est l’assemblée par excellence où se déroulent le débat de société et l’affrontement des idées. Je souhaite qu’elle soit aussi un lieu d’échanges convivial,
ouvert et favorisant l’intelligence collective au service des enjeux d’aujourd’hui : défi climatique, paix dans le monde, pouvoir d’achat et qualité de vie).

Mesdames, Messieurs,

Je vous souhaite donc d’agréables rencontres, des retrouvailles chaleureuses et surtout, je formule le vœu que l’année 2023 vous apporte joie, santé et prospérité. Je vous invite à
lever nos verres à la santé de nos valeurs démocratiques.

Eliane TILLIEUX

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour être tenu.e au courant de mon actualité

Par l'encodage de ses données et l'envoi du présent formulaire, l'utilisateur du site Internet reconnaît avoir pris connaissance et accepté les conditions d'utilisation du site web et de protection des données personnelles.

Une expérience unique

Nous sommes soucieux de vous offrir une navigation sécurisée et personnalisable. Nous utilisons à cette fin des cookies afin de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt, recueillir anonymement des données de statistiques et vous permettre une visite la plus agréable possible.