Agenda
Formulaires en ligne

Egalité
homme
femme

Durabilité

Europe

Participation citoyenne

Les 100 ans de la Cérémonie du Soldat inconnu

100 ans aujourd’hui que le Soldat Inconnu, cet homme anonyme représentant tous ceux tombés pour notre liberté, a été enterré à la Colonne du Congrès à Bruxelles.

Flamme éternelle, défilés militaires, urne contenant la terre collectée dans cinq cimetières militaires, lâcher de colombes…
Un magnifique hommage solennel, rempli de symboles. Et quelle émotion de voir les images d’archives de cette première cérémonie, en 1922 !
En ces temps de guerre, le devoir de mémoire n’a jamais été plus important.
Voici ci-dessous le texte du livret distribué à cette occasion : 

100 Jaar – ans
Jahre - years

Onbekende Soldaat - Soldat inconnu
Unbekannte Soldat - Unknown Soldier


Préface

Quatre ans après la fin de la Première Guerre mondiale, le gouvernement belge décide de suivre l'exemple du Royaume-Uni (1920) et de la France (1920) et d'enterrer le corps d'un soldat inconnu en mémoire de ceux qui sont tombés pendant la Grande Guerre.

Ce 11 novembre 2022, il y a exactement cent ans qu’un soldat inconnu fut enterré en cet endroit, au pied de la colonne du Congrès.

Il symbolise tous les soldats morts pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale et ceux qui ont sacrifié leur vie pour la paix dans des opérations depuis 1945.

Nous avons tenu à organiser une édition spéciale de la cérémonie annuelle pour cet événement particulier de notre histoire nationale. En plus d'honorer les nombreuses victimes des guerres passées et des opérations de maintien de la paix, nous commémorons aujourd'hui l'homme anonyme appelé depuis 100 ans le "Soldat Inconnu".

Nous aimerions également reprendre les mots de S.M. le Roi Philippe prononcés ici même le 11 novembre 2018 à l'occasion du centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale :

« Aujourd’hui, avec respect, nous nous inclinons une nouvelle fois devant la tombe du soldat inconnu, et nous nous souvenons de cette bataille féroce. Cet imposant monument dégage quelque chose de majestueux. La grandeur des héros de la Grande Guerre, tombés pour le pays, pour notre pays. Mais aussi : la simplicité et l'humilité du mystère qui entoure ce soldat mutilé et anonyme. Il aurait bien évidemment souhaité nous livrer son histoire. Il aurait pu se mettre en avant comme il le mérite aujourd'hui. C'est pourtant dans l'anonymat et le silence qu'il trouve sa véritable vocation… »

Une commémoration n'est rien sans le côté personnel et puissant d'un nom. Ce Soldat Inconnu est privé de nom. Souvenons-nous encore et toujours de lui et de tous ceux qui sont morts pour notre liberté.

Encore plus inconnu que le Soldat inconnu

Après la décision du gouvernement belge de désigner un soldat inconnu en 1922, une procédure spéciale est mise au point. La dépouille d'un soldat non identifié est systématiquement exhumée dans cinq cimetières militaires où l'armée belge a durement combattu lors de la dernière guerre. Le Soldat Inconnu est choisi parmi ces cinq militaires inconnus, tombés au combat dans et autour des forts de Liège, Namur et Anvers, sur le front de l'Yser et pendant l'offensive finale en Flandres de 1918. Personne ne connait ses origines ni son rang ...

Les cinq cercueils arrivent par train le vendredi matin 10 novembre 1922 à la gare de Bruges, avant d'être exposés dans une chapelle ardente provisoire.

Des dizaines de détenus de guerre y montent la garde avant d'être emmenés vers leur destination finale.

L'après-midi, Reinold Haesebrouck, aveugle de guerre, est emmené à la chapelle ardente où il touche les cercueils un par un avant de se placer au milieu en déclarant au Ministre de la Défense Devèze: "Le quatrième cercueil en partant de la gauche contient la dépouille mortelle du Soldat Inconnu, monsieur le Ministre" en désignant le cercueil avec son bâton blanc.

À l'arrivée du cercueil du Soldat Inconnu le lendemain à Bruxelles, une courte cérémonie est organisée au petit cimetière militaire de Steenbrugge, où reposent les quatre "autres" soldats inconnus. Faute de place, seuls quelques personnalités et invités sont regroupés autour des quatre tombes, dont ... Reinold Haesebrouck. Il a choisi d'assister à l'inhumation des quatre soldats inconnus à Bruges. On peut lire sur leur tombe "militaire inconnu, mort pour la Belgique ». Pour eux, pas de flamme éternelle ni de trompette…

Reinold Haesebrouck, plus connu sous le prénom Raymond, est né le 5 octobre 1892 à Sint-Michiels, près de Bruges. Il est enrôlé le 1er octobre 1912 dans le 3e Régiment de Lanciers. Il a alors 20 ans. La Première Guerre mondiale éclate quelques mois avant la fin de son service militaire. Le 4 août 1914, l'Allemagne envahit la Belgique… Après une résistance héroïque durant les premiers mois suivant l’invasion, notre petit pays est contraint de se replier sur l’Yser où, pendant quatre suivant l'invasion, notre petit pays est contraint de se replier sur l'Yser où, pendant quatre ans, il poursuit son combat contre la suprématie allemande. Raymond Haesebrouck est grièvement blessé au cours d'une patrouille de reconnaissance près des positions ennemies à Diksmuide. Il reçoit des éclats d'obus dans les yeux et perd la vue. Il passe le reste de la guerre à l'hôpital militaire L'Océan à De Panne avant d'être reconnu invalide de guerre. Il est la première personne répertoriée au registre national de l'Association Nationale des Invalides de Guerre.

Raymond se marie après la guerre et s'installe à Assebroek, près de Bruges. Il entretient longtemps des contacts avec la Reine Elisabeth de Belgique, épouse du Roi Albert Ier, et conserve des liens étroits avec la famille royale. On rapporte qu'il se serait jeté sur le Roi Albert Ier pendant la guerre lorsque celui-ci fut soudain la cible de tirs au cours d'une visite dans les tranchées. Ce lien lui aurait permis de désigner le soldat inconnu. Un fait qui figure également sur sa pierre tombale.

Raymond décède le 25 août 1951 à l'âge de 59 ans. Il repose à Oostkamp, près de ses parents, conformément à ses dernières volontés. Sur sa pierre tombale on peut lire (traduction) :

RENOLD HAESEBROUCK
5-10-1892 - 25-8-1951
Aveugle de guerre 1914-1918
Il a désigné le soldat inconnu le
10 novembre 1922

En juin 2020, un parc près de son domicile à Assebroek fut nommé à son nom.

Une descendante de Raymond recevra aujourd'hui une urne qu'elle remettra au président du Comité de la Flamme. Cette urne contient de la terre recueillie dans cinq cimetières militaires où reposent des soldats tombés lors des batailles de Liège, Namur, Anvers, sur le front de I'Yser et lors de l'offensive finale des Flandres en 1918.

Le Soldat Inconnu

Bruges, le 11 novembre 1922.

Huit invalides de guerre - dont quatre sont amputés du bras gauche et quatre du bras droit - portent le cercueil du Soldat inconnu sur leurs épaules depuis la chapelle ardente de la gare de Bruges, où le cercueil est ensuite disposé sur un wagon.

Le voyage vers Bruxelles peut commencer. Lentement et majestueusement, l'hymne national se met à résonner au départ du train. La cloche de la victoire retentit lorsque le train quitte Bruges. Les drapeaux sont en berne dans toutes les gares entre Bruges et Bruxelles, et les quais sont bondés.

Le train entre en gare à Bruxelles-Nord vers 9h50. Le cercueil est porté par huit invalides de guerre jusqu'à une chapelle ardente temporaire et salué le long du parcours par une haie d'honneur composée de pas moins de 70 drapeaux de régiments. À mi-parcours, une voix masculine grave énumère les villages et les villes : « Des batailles héroïques où le soldat belge s'est couvert de gloire, qu'il soit sorti victorieux de la bataille, ou mort avec honneur».

Le cercueil est ensuite chaleureusement acclamé par les plus hautes autorités du pays, dont le Roi Albert Ier et son fils, le Prince héritier Léopold.

Après les honneurs, le cortège se forme. Le cercueil du Soldat Inconnu est déposé sur un affût de canon. Il se dirige au son de la marche funèbre de Beethoven vers la colonne du Congrès, au pied de laquelle il sera inhumé, flanqué de deux lions en bronze.

La foule, dont la Reine Elisabeth et les représentants des forces alliées, attend l'arrivée du Héros inconnu. Le Roi Albert et le Prince Léopold suivent le cortège funéraire à pied. La minute de silence n’a pas lieu à 11 heures car le cortège n’est pas encore arrivé à la Colonne.

L’hommage au Soldat Inconnu est très solennel. Les drapeaux sont en berne. Dans les rues, les gens s'immobilisent et se découvrent la tête. A 11 h 15, le Roi Albert Ier épingle les principales décorations sur le drapeau recouvrant le cercueil. Les hauts représentants militaires des autres nations suivent son exemple.

À 11 h 25, le cercueil est déposé au pied de la tombe. Le « Aux Champs » retentit. Le cercueil est descendu et le Soldat Inconnu disparaît à jamais dans sa tombe. Une salve de canon annonce une minute de silence. Une simple pierre de granit est ensuite posée sur la tombe. On peut lire sur une plaque en bronze : « Ici repose un soldat inconnu, mort pour la Patrie".

Le Roi Albert tient un discours émouvant et prononce les mots suivants :

« Peu importe qu'il ait été ouvrier bourgeois, ouvrier ou agriculteur, Flamand ou Wallon. Nous lui rendons hommage, car il représente à nos yeux les qualités éternelles de notre espèce, car il est le symbole intangible de la défense de notre liberté, de notre unité et de notre indépendance, et la garantie de l'immortalité de notre Patrie. »

L'hommage floral qui suit est impressionnant. La tombe du Soldat Inconnu est recouverte de dizaines de couronnes de fleurs. La cérémonie se termine par un long défilé de soldats belges et alliés.

La Flamme éternelle

Lorsqu’à la fin de l'année 1922, le Chevalier Ancien-combattant de Goemaere propose de disposer quatre torches allumées en permanence sur la tombe du Soldat Inconnu, le bourgmestre de Bruxelles Adolphe Max charge l'architecte de la ville d'élaborer différents projets. C'est finalement le projet du baron Henri Kervyn de Lettenhove de Bruges qui est retenu. Il esquisse dans son bureau un simple brasero qui repose sur quatre lions ailés. Le lion est un symbole de force, de bravoure et de la Belgique. La Flamme éternelle est allumée pour la première fois le 2 novembre 1924 à 18 heures, près de deux ans après l'inhumation du Soldat Inconnu. Il brûle désormais quasi sans interruption depuis 98 ans.

L'association sans but lucratif "Comité de la Flamme" est fondée le 20 juillet 1951, dans le but de perpétuer le souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour la patrie et d'honorer la mémoire du Soldat Inconnu belge en ravivant la flamme sur sa tombe.

Le 10 mai 1952, jour anniversaire de l'invasion allemande de la Belgique en 1940, feu le Roi Baudouin inaugure solennellement la cérémonie d'allumage de la flamme. Depuis lors, cette flamme éternelle est allumée à chaque cérémonie importante, aussi par des chefs d'Etat étrangers en visite dans notre pays.

Le 11 novembre 2005, le Comité de la Flamme est officiellement transféré à la Défense, étant donné l'âge avancé de ses membres de l'époque, dont beaucoup étaient des vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, c'est le Commandement militaire de la Région de Bruxelles-Capitale qui veille aux traditions du Comité de la Flamme.

La Flamme éternelle sera ravivée aujourd'hui, peu après 11 heures par Sa Majesté le Roi. Le Last Pos sera ensuite joué en l'honneur des disparus.

Cent ans plus tard…

Bruxelles, le 11novembre 2022.

La cérémonie annuelle revêt un caractère particulier. Elle se déroule en présence de Sa Majesté le Roi, des autorités du pays, des invités belges et étrangers et d'un grand nombre de militaires et représentants d'associations patriotiques et de vétérans. Nous ne voulons en aucun cas que le 100ème anniversaire de l'inhumation du Soldat Inconnu passe inaperçu.

La cérémonie à laquelle vous avez été conviés sera rehaussée par la Musique Royale des Guides sous la direction du Capitaine-commandant Chef de musique Yves Segers. Un détachement d'honneur, composé de huit pelotons- deux par Composante - et une garde d'honneur de l'Ecole Royale Militaire autour de la tombe, rendront les honneurs militaires.

Après l'arrivée de Sa Majesté le Roi à 10h30, accompagné de l'Escorte Royale à Cheval et le salut des autorités, le Roi passera en revue le détachement d'honneur installé sur l'Esplanade. Il prendra ensuite place dans la tribune.

Après une allocution prononcée par un représentant des associations de vétérans, également descendant d'un combattant de 1914-1918, suivie d'un message exprimé par un représentant de la jeunesse, un film sera proposé avec des images historiques de 1922. Deux élèves de l'École Royale des Sous-officiers déposeront ensuite les coussins sur la tombe avec les distinctions honorifiques, décernées à titre posthume au Soldat Inconnu le 11 novembre 1922 :

- par le Roi Albert Ier :

  • Croix de Chevalier dans l'Ordre de Léopold avec palme
  • Croix de Chevalier dans L'Ordre de Léopold II avec palme
  • Croix de guerre avec palme
  • Médaille de l'Yser
  • Médaille de la Victoire
  • Médaille commémorative

- par le général français Degoutte:

  • la Croix de guerre 1914-19188

- par le général américain Allen :

  • the Congressional Medal of Honor

 - par le général italien Pecori :

  • Girardi : Croce al Merito di Guerra.

À 11 heures précise, le Roi déposera une gerbe sur la tombe du Soldat Inconnu. Une minute de silence, que nous observerons tous debout, sera annoncée par la première d'une série de 21 salves de canon. Le deuxième coup de canon mettra fin à la minute de silence. Il sera suivi de la sonnerie « Aux Champs ».

Sa Majesté le Roi allumera ensuite la Flamme éternelle au son du Last Post. Le Roi signera le Livre d'Or à l'invitation du président du Comité de la Flamme. Nous aurons ensuite la possibilité de visionner une nouvelle fois un extrait de film visant à expliquer cette fois le l'évocation historique « Gathering of the soil » initié par le War Heritage Institute (WHI).

L'arrivée d'une urne contenant la terre collectée dans cinq cimetières militaires belges où sont enterrés des soldats inconnus clôturera l'événement. L'urne en question sera remise solennellement à Mme Marie-Jeanne Haesebrouck par un sous-officier du 1/3 Régiment de Lanciers de Marche-en-Famenne. Il s'agit de la fille du frère de Raymond Haesebrouck qui, en 1922, identifia le Soldat Inconnu et servit dans le 3e Régiment de Lanciers. Mme Haesebrouck remettra à son tour l’urne au Lieutenant-colonel breveté d'état-major Christ Maseure, Commandant militaire de la Région de Bruxelles-Capitale et Président du Comité de la Flamme. Celui-ci disposera l'urne sur la tombe du Soldat Inconnu jusqu'à ce qu'elle obtienne un emplacement permanent au Musée Royal de l'Armée à Bruxelles dans quelques jours.

Avant de quitter la cérémonie, Sa Majesté le Roi saluera un certain nombre de présidents d'associations d'anciens combattants et de patriotes ainsi que de mouvements de jeunesse. Nous rendrons les honneurs au moment de son départ. Pour terminer, les pelotons du détachement d'honneur et les mouvements de jeunesse se préparent pour le défilé.

Gathering of the Soil

Afin d'entretenir le souvenir du Soldat Inconnu auprès du grand public et des jeunes, le War Heritage Institute, a présenté l'évocation historique du "Gathering of the soil" en collaboration avec les commandements militaires de province concernés. Du 7 au 9 novembre 2022, de la terre a été collectée dans les cimetières militaires des provinces de Liège, Namur, Anvers, de la Flandre orientale et de la Flandre occidentale - voir l'article "Encore plus inconnu que le Soldat inconnu". Cela s'est produit lors d'une cérémonie avec notamment l'inauguration d'un panneau d'information.

Cette terre, qui symbolise les principaux champs de bataille où la plupart des soldats belges sont tombés au cours de la Première Guerre mondiale, a ensuite été transportée à Bruges. C'est là qu'une des cinq urnes a été désignée lors d'une cérémonie le 10 novembre.

Un véhicule de l'armée a quitté Bruges ce matin en direction de Bruxelles. Cette urne sera solennellement transmise tout à l'heure.

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour être tenu.e au courant de mon actualité

Par l'encodage de ses données et l'envoi du présent formulaire, l'utilisateur du site Internet reconnaît avoir pris connaissance et accepté les conditions d'utilisation du site web et de protection des données personnelles.

Une expérience unique

Nous sommes soucieux de vous offrir une navigation sécurisée et personnalisable. Nous utilisons à cette fin des cookies afin de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt, recueillir anonymement des données de statistiques et vous permettre une visite la plus agréable possible.