Agenda
Formulaires en ligne

Egalité
homme
femme

Durabilité

Europe

Participation citoyenne

À la découverte des professionnels et partenaires de l’interprétation en langue des signes


Discours lors du Colloque sur l’interprétation des 11 et 12 novembre 2022 organisé par la FFSB Belgique

« À la découverte des professionnels et partenaires de l’interprétation en langue des signes »

Bonjour à toutes et tous, en vos titres et qualités,

Je suis particulièrement heureuse d’être parmi vous à ce colloque consacré à l’interprétation en langue des signes, et plus particulièrement au métier d’interprète.

L’interprète en langue des signes a la difficile tâche de traduire les échanges entre les personnes sourdes qui pratiquent la langue des signes et des personnes entendantes qui parlent une … autre langue.

Edmund de Waal, auteur anglais contemporain, disait que «  Grâce aux langues, on est chez soi n’importe où ». Cela traduit l’essence même de l’apprentissage et de la traduction en langue des signes : permettre à chacune et chacun de se comprendre.


Ainsi, lrinterprète signe avec ses mains mais utilise aussi son visage, ses épaules… dans une sorte de moment suspendu où l’ensemble du corps communique avec l’autre.

Cet apprentissage demande évidemment énormément de travail, de rigueur et d’implication. Apprendre la langue des signes, c’est apprendre une langue, dans toute sa spécificité grammaticale et gestuelle, pour échanger avec l’autre, lui donner l’information et la compréhension du monde qui l’entoure.


C’est une question qui m’a toujours mobilisée. Ainsi, déjà en 2014, lorsque j’étais ministre de l’Action sociale au Gouvernement wallon, j’ai fait approuver par le Gouvernement wallon, le 15 mai 2014 pour être précis, un arrêté qui a permis de reconnaître, d’agréer et de financer de manière pérenne, le SISW, à savoir le Service d’interprétariat des sourds de Wallonie .


Et, en tant que Présidente de la Chambre des représentants, ma volonté , vous le savez est de faire toujours plus de la Chambre une vraie maison de la démocratie participative. Et, être plus participatif, c’est notamment faciliter l’accès de toutes et tous aux débats parlementaires, en ce compris les personnes sourdes et malentendantes.


C’est pourquoi, depuis le 4 mars 2021, les questions d’actualité sont retransmises en live streaming sur le site de la Chambre. Elles apparaissent avec l’image incrustée à l’écran des deux traducteurs en langue des signes, en français et en néerlandais.

Avec les services de la Chambre, avec votre collaboration et celle des professionnels de l’interprétation en langue des signes, nous avons mis en place l’interprétation des questions d’actualité.

Mettre en place une traduction en langue des signes, c’est lancer un signal. Quoi de mieux pour lancer ce signal que de traduire le jeudi après-midi, moment de la semaine parlementaire où il y a le plus le plus d’échanges, le plus de députés, de ministres, de secrétaires d’État et où l’on aborde des sujets de société importants ?

Ces deux langues des signes, respectivement reconnues par la Fédération Wallonie-Bruxelles et par la Communauté flamande, en sont toujours un peu à leurs balbutiements quant à leur reconnaissance effective dans le reste de la société. Je pense donc qu’il faut donner un sérieux coup de pouce et l’utiliser pour les questions à la Chambre, c’est envoyer un signal clair au reste de la société.

C’est une belle manière de rendre les débats au sein de notre hémicycle accessibles à toutes et tous et également l’opportunité de donner aux traductrices et traducteurs en langue des signes la reconnaissance , bien méritée, de leur métier difficile.

D’autant qu’ il y a une pénurie de traducteurs qui affecte directement le quotidien des 10.000 personnes sourdes et malentendantes qui utilisent, dans notre pays, la langue des signes.

Il y a sur le terrain de l’emploi un déficit chronique qui n’est pas sans effet. Quand des sourds et malentendants doivent, par exemple, être accompagnés pour se rendre chez le médecin, ils font souvent face à des impossibilités. Les formations existent, ce qui est appréciable parce qu’il y a une qualité qui s’installe dans l’utilisation et la pratique de langue des signes, tant en néerlandais qu’en français. Mais cette démarche doit encore être
largement soutenue.

Dans une société qui se voudrait toujours plus inclusive, vous, les interprètes avez toute votre place. Ce colloque est l’occasion de sensibiliser à la fois le grand public mais aussi les professionnels pour apporter des solutions structurelles et bâtir une société où chacun peut trouver sa place.

Je sais que durant ces deux journées de travail, vous avez mis en avant ce métier compliqué, débattu de ses conditions de travail, des certifications utiles, de la pénurie et de la valorisation nécessaire de cette profession de l’ombre. C’est aussi une des raisons qui m’a poussée à générer la traduction des questions d’actualité en langue des signes : la visibilité d’un métier méconnu.

Je vous encourage à poursuivre votre travail et vos actions, avec tout mon soutien.
Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite à toutes et tous une agréable après-midi.


ELIANE TILLIEUX

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle pour être tenu.e au courant de mon actualité

Par l'encodage de ses données et l'envoi du présent formulaire, l'utilisateur du site Internet reconnaît avoir pris connaissance et accepté les conditions d'utilisation du site web et de protection des données personnelles.

Une expérience unique

Nous sommes soucieux de vous offrir une navigation sécurisée et personnalisable. Nous utilisons à cette fin des cookies afin de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt, recueillir anonymement des données de statistiques et vous permettre une visite la plus agréable possible.